La prévention des risques, une recette à toutes les sauces ?

Bonjour,

En cette mi-février, je me rends compte, que, pris par le quotidien, mon blog en pâti quelque peu. J’ai donc décidé, une fois n’est pas coutume de regarder la webosphère et faire une recherche : « blog en santé et sécurité au travail »

J’y ai retrouvé mon blog et, ou, mon site professionnel (en première page des recherches, selon les moteurs de recherche) ce qui me ravi. J’ai trouvé également de nombreuses recettes de cuisine du type :

  • 7 conseils pour être plus productif au travail ;
  • 7 conseils pour être heureux au travail ;
  • 8 astuces pour mieux gérer le stress au travail ;
  • 9 idées pour booster la sécurité au travail

Cela me fait rebondir sur une conférence, qui se passe dans quelques semaines, intitulée : » culture de prévention : pourquoi ça marche chez les autres ? »

 

Alors y-a-t-il une recette à la « bonne » prévention et, ou la « mauvaise » pratique en prévention ???

Je suis autant mal, que bien placé, pour en parler et l’évoquer. Et pourtant je me risque à ce jeu de la recette en 9 principes :

  • Copier-coller ne fonctionne pas. A l’image des usines clés en main que tous les pays occidentaux ont voulu installer à une époque dans des pays avec cultures différentes, la réussite ne tient pas à une méthode unique inter-activités et inter-sociétés.
  • La cohérence entre l’approche humaine et les moyens mis en œuvre pour résoudre les risques est indispensable.
  • Un préventeur est un technicien autant qu’un stratège couplé avec un négociateur hors pair (je crois que je ne rentre pas dans la case wink). Peut-être qu'elles sont plus l’apanage des femmes toutes ces qualités réunies…
  • « Tout seul on va plus vite, ensemble on va plus loin »… (proverbe africain) Cette citation résume pleinement l’un des piliers de la culture de prévention. Du haut vers la bas grâce au leadership,  du bas vers le haut lorsque l’organisation est ouverte et transparente et en transversal grâce à l’humilité et la cohésion sur le sujet de la prévention. Toutes les composantes d’une organisation sont nécessaires à la culture de prévention.
  •  Savoir ne pas opposer les techniciens de prévention avec les "experts" es-culture de prévention!!! Une entreprise a besoin de ces différentes compétences. Il est illusoire d’atteindre un niveau satisfaisant en prévention sans les basiques en conformité tout autant qu’il est impossible d’atteindre un haut niveau de prévention sans la dimension culturelle de la prévention. La conformité fait partie de la cohérence entre les paroles et les actes.
  • Accepter l’erreur : c’est stopper tout objectif basé sur la sinistralité et reconnaître positivement tout remontée d’information y compris les erreurs (elle sont assumées si et seulement si le climat au sein de l’organisation est favorable, sinon elles sont cachées).
  • Être humble : que l’on soit encadrant ou préventeur, la solution n’est pas entre nos mains. Mes plus belles réussites sont celles des autres. Ce sont celles pour lesquelles je n’étais qu’un catalyseur, un agitateur et où j’ai assumé ma place…derrière le rideau.
  • Et tout ceci se fait au sein d’une équipe ayant décrit sa vision. Une feuille de route partagée par les encadrants, portée par l’équipe de direction et échangée avec les équipes dans leur globalité pour en faire un terrain favorable à la réussite d’un tel projet.
  • Le temps : parier sur une culture de prévention en 18 mois et croire que le Tf fait la culture de prévention sont de vraies erreurs. Une culture de prévention c’est 3 5 -7 :
    • Avant 3 ans, rien n’est gagné
    • Avant 5 ans on peut voir de belles réussites autant dans les comportements individuels que des actions inespérées touchant des équipements
    • Avant 7 ans, on ne parle pas de culture de prévention partagée. La bienveillance commence à devenir la norme. L’organisation ne peut que rarement se qualifier de résiliente face à un sinistre majeur.

 

En conclusion, comme je l’ai déjà écrit, je crois, la dimension culturelle est importante et je pense même primordiale. Les approches technologiques organisationnelles et humaines prennent leurs sens et leurs poids respectifs dans des contextes d’entreprises autant que géographiques.

 

Quelques commentaires sur ces choix :

Copier-coller ne fonctionne pas.

Je vous invite à prendre connaissance du « baromètre IRSN 2018 » voire de lire l’ouvrage de Bruno CHAUVIN « la perception des risques » Ed de Boeck … vous comprendrez mieux, pour celles et ceux qui en doutent que les individus sont le cœur de l’amélioration des projets en S&ST et QVT.

 

Chacun pourra également lire divers ouvrages sur l’usure mentale, les RPS etc… Et que dire du Leadership dans ce cas !

 

 

La cohérence entre l’approche humaine et les moyens mis en œuvre pour résoudre les risques est indispensable.

Chacun constate qu’il y a toujours des écarts dans les premiers temps d’une démarche de prévention entre les paroles et les actes. Les conformités élémentaires comme la formation au poste (une vraie formation !), l’absence de risques résiduels sur les outils de production, …, la prise en compte des aménagements de postes dans le tertiaire, … sont des éléments à toujours garder en mémoire. Ces aménagements sont la crédibilité du discours.

 

Un préventeur c’est un peu un couteau suisse. La lucidité de nos fonctions est de savoir qu’on ne sait pas tout. Qui peut prétendre à l’expertise sur toutes les risques ? personne !

Les plus dangereux sont celles et ceux qui portent la prévention uniquement à travers la culture et dédaignent la technicité.  L’un sans l’autre est insuffisant et peut-être faut-il parfois un binôme pour progresser. J’essaie de toujours garder en mémoire le terme « animateur sécurité » qui nommait cette fonction à l’origine. Peut-être pourrait-on le faire évoluer en animateur de prévention ?

L’hyper-technicien HSE peut également être un frein au développement d’une culture de prévention lorsqu’il vite « reclus » derrière son tableau excel à 32colonnes pour son EvRP.

 

« Tout seul on va plus vite, ensemble on va plus loin ». Les sujets de santé et de sécurité au travail passent par leur compréhension et leur intégration à chaque niveau de l’entreprise. Si le rôle d’une équipe de direction en lien avec les IRP est de donner un cadre avec des règles ; avancer sur la prévention des risques professionnels sous-entend de partager une approche commune.

Tout seul, je suis capable d’écrire de nombreuses procédures, des modèles de documents, un livret d’accueil… A quoi serviront-ils s’ils n’ont fait à aucun moment l’objet de compromis ou d’échanges ni de « commande » par ma ligne hiérarchique.

Pour que cela soit opérationnel, je suis nécessairement dans une démarche de travail en commun afin de trouver les bons leviers et que chacun reparte convaincu et acteur.

 

Savoir ne pas opposer les techniciens de prévention avec les « experts » es-culture de prévention… en complément au paragraphe sur le préventeur, je complèterais par le nécessaire accompagnement des préventeurs pour qu’ils prennent conscience de ces deux pans quand ils peuvent être moins familier avec l’un. Il n’y a rien de pire que de subir.

 

Accepter l’erreur : La prévention grandit par des essais et des pratiques parfois innovantes. Il est possible de se tromper. Je suis partisan du mouvement en prévention, les actes sont plus importants que les plans d’actions. Une solution transitoire peut être partielle et insuffisante, pour autant dès que cette amélioration réduit l’exposition au risque, ne serait-ce qu’à travers une signalisation, c’est déjà bien.

Accepter l’erreur, c’est également mesurer la prévention non plus à travers la sinistralité mais bien à travers la prévention. L’accident du travail n’est pas plus une fatalité qu’un drame dans la majorité des cas. Accepter l’erreur c’est interdire toute chasse au « zéro accident », pour se positionner en acteur d’une vision zéro blessure.

 

Être humble : pour paraphraser un slogan publicitaire « c’est ceux qui en font le plus qui en parle le moins ». Les meilleurs résultats, je les observe dans des TPE/PME. Ils sont liés à des dirigeants qui produisent avec leurs équipes dans un but de pérennité et de développement de l’entreprise. Dans ses entreprises, parfois décriées, car de temps en temps qualifiées de « paternalistes », on connait encore le sens donné à son travail et l’objet de l’entreprise. On sait se placer dans la chaîne de valeur de l’organisation.

Être humble, ce n’est pas glorifier un Tf mais plutôt remercier ses collègues et ses équipes d’intégrer la sécurité au travail. Et, toutes celles et ceux qui jurent par le Tf oublient les indicateurs phares autour de la santé au travail.

 

Une équipe ayant décrit sa vision : Vous connaissez mon approche et mon attachement autour de « vision zéro ». Pour mieux connaitre la vision zéro, je vais entamer en 2019 une série de courtes vidéos explicatives.

Le temps : tout préventeur sait que réduire sur le court terme les AT n’est pas une réelle difficulté dès que l’engagement de l’équipe dirigeante est présente. L’enjeu lorsque la prévention des risques est abordée sous l’angle culturel réside dans les habitudes et le passé. La culture ne se décrète pas, elle se vit. Aussi, le temps est autant un allié qu’un ennemi. Un allié pour poser la vision et un ennemi par l’impatience face aux événements du quotidien. La vision reprend ici toute sa place par la prise de recul qu’elle impose aux aléas journaliers.

Le temps est un atout dès que je chasse la procrastination. Ne rien lâcher, objectiver, mesurer et toujours avancer.

 

Au plaisir de vous lire et d’échanger.

Merci

Jerome

jerome@hsseassist.com

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *