Risques pour la santé lié au travail de nuit 2016 06 – ANSES

Bonjour,

Face à ces publications, je m’interroge sur les leviers existants pour les entreprises et le désarroi des préventeurs.

Je m’interoge également sur les possibles recours juridiques des personnes concernées dans le cadre d’un « préjudice d’anxiété »… car, a priori, toutes les personnes concernées pourraient aller faire évaluer ce préjudice (et peut-on chiffrer cet impact potentiel?)

C’est le rôle de ces organes d’alerter.

Je crains que nous nous trouvions dans une impasse et ce n’est pas le traitement de la pénibilité au sein des entreprises qui résolvera ce sujet.

Il y a quelques années, j’avais lu un livre d’Ingrid BRUNSTEIN, de mémoire. A l’époque, j’avais trouvé ce livre très pertinent vis à vis des horaires atypiques. je crois que je vas le reprendre histoire de me ré-imprégner de ce sujet.

@+

jérôme

 

0 commentaire

  1. Hello !

    En tant que Préventeur je n’ai aucun désarroi à propos du travail de nuit : c’est très simple il n’y a pas d’autre solution que de le décaler en journée ! Car c’est un mode d’activité contre-nature, il pénalise donc forcément ses acteurs.

    A+

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *