Mesure de la sinistralité corporelle

Suite à mon article de la semaine passée, Cyrille me faisait la remarque de l’intérêt d’un indicateur de type TRIR.

Quesako???

Il s’agit du « Total Recordable Injury Rate« , intéressant pour l’approche corporelle de la sinistralité, bien au-delà des événements nécessitant des soins médicaux.

Cela rejoint les différentes pyramides de Bird, Heinrich ou Tye-Pearson au niveau des événements corporels. Cependant, cette mesure s’appuie sur la possibilité de chaque salarié à signaler un accident corporel sans qu’il lui en soit fait reproche.

C’est ce que signale Cyrille dans ce cas et en complément des piliers « Transparence-Exemplarité et Engagement », il me propose le TIC « Transparence – Implication et Confiance », ce à quoi j’adhère.

La sinsitralité corporelle est un niveau qu’il faut passer pour s’intéresser ensuite à tous les événements matériels voire les « il s’en est fallu de peu … »

 

Pour performer en S&ST, de mon point de vue les ingrédients sont les mêmes partout. Il est important de s’appuyer sur des qualificatifs proches de ceux proposés.

Et, au-delà de la recette, chaque organisation selon son vécu, sa culture, son Histoire dosera les différents ingrédients pour y trouver son compte.

La S&ST est-ce que je veux y aller???

Et pour compléter un article récent, j’ajouterai que dans un premier temps la volonté est le principal moteur, ensuite lorsque la maturité grandit une compétence dédiée en S&ST amène la prise de recul et propose différentes voies pour progresser là ou le béotien ne voit plus d’avancée possible.

Comme Cyrille donnez vos points de vue

@+

 

jerome

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *